top of page

Internet, élément central des futures élections présidentielles ?






Internet se développe au fur et à mesure des années et les politiques se rapprochent de plus en plus de cet outil pour faire campagne notamment. Pourtant entre 2017 et 2022, il n’y a eu que très peu d’innovations dans la digitalisation des campagnes. Une avancée importante en 2017 fut notamment la présence d’hologrammes dans la campagne de Jean-Luc Mélenchon, celui-ci pouvait alors effectuer un meeting tout en diffusant un hologramme dans d’autres endroits afin d’exposer ses idées dans plusieurs lieux à la fois.




Le signal était donné et on pouvait s’attendre à une multiplication des techniques utilisant les nouvelles technologies pour faire campagne. Les influenceurs, que ce soit sur les réseaux sociaux ou sur YouTube étaient une porte d’entrée facile pour toucher un nouvel électorat, plus jeune. En 2021, le président sortant Macron réalisait une vidéo sur YouTube avec les youtubeurs McFly et Carlito, cumulant 7 millions d’abonnés mais ceux-ci furent beaucoup critiqués par leurs pairs. Les politiques n’ont ainsi par la suite pas vraiment conquis ce territoire qu’est YouTube. En revanche, peu avant les élections, des vidéos telles que celles de Hugo Décrypte ont été saluées pour leur contenu et leur impartialité, dans celles-ci Hugo présentaient les programmes des candidats ou encore interviewaient ceux-ci, dans un ton relativement neutre et ouvert.




Celui-ci a notamment permis à beaucoup de jeunes qui le suivaient de découvrir la politique et les différents candidats. Cette initiative ne profitait ainsi à aucun candidat, qui n’ont pas vraiment su tirer parti de cette plateforme de diffusion.

Pour ce qui est des réseaux sociaux, de nombreux influenceurs tels que Billal « RebeuDeter » Hakkar, ou encore Yassine « YassEncore » cumulant à eux deux plus de 2,5 millions d’abonnés sur Twitter ont notamment exprimé leur soutient pour Jean-Luc Mélenchon au premier tour des élections présidentielles de 2022. Cela n’aura pas suffit pour le propulser au second tour. Il est important de remarquer que Jean-Luc Mélenchon était le candidat n°1 chez les 18-24 ans et ce n’est sûrement pas sans corrélation avec le soutient affiché d’un bon nombre de personnalités sur des réseaux sociaux comme Twitter.




Ainsi, internet a pour l’instant une place assez mineure dans les élections présidentielles françaises, n’ayant pas d’influence majeure sur celle-ci, en revanche les jeunes sont les futurs électeurs et ceux-ci utilisent beaucoup internet et les réseaux sociaux. De ce fait internet sera un territoire majeur à conquérir dans les élections à venir, avec un électorat de plus en plus grand ayant grandi et vécu avec.



Par Nathan VAN ASSCHE

댓글


bottom of page