top of page

Jeanne Vigne





Au gré de rencontres et d’expériences de vie, j'ai construit un projet professionnel qui me motive aujourd’hui dans mes études. Je m’appelle Jeanne Vigne, j’ai 20 ans et je souhaite devenir professeure d’Histoire-Géographie.


Ce projet débute par un attrait particulier à la mythologie grecque, en CM1 ma mère m’a mis dans les mains le premier tome des Percy Jackson. Ces livres ont déclenché une vraie passion pour la Grèce antique en général qui dure jusqu’à aujourd’hui. La passion était bien là, mais quant à la manière de la lier à un projet professionnel, j’ai toujours pensé à des professions qui me permettraient d’avoir du contact humain en permanence, avec un réel sentiment d’utilité, mais aussi avec la possibilité d’évoluer soi-même grâce à d’autres.


C’est d’ailleurs dans mes années de collège que j’ai pensé à devenir professeure dans un domaine assez spécialisé : le Grec ancien. L’apprentissage du latin pendant six ans et les cours de Civilisation associés ont participé à nourrir mon intérêt pour l’Histoire ancienne. Mais même si plus tard, en classe préparatoire, j’ai fait du Grec ancien pendant un an le projet était trop ciblé.



D’autant plus qu’au fil de nombreuses lectures à l’entrée du lycée ajoutées à un intérêt grandissant pour l’écriture, les rédactions argumentées, les dissertations, en bref les exercices de réflexion en général, j’ai commencé à m’intéresser aux différentes périodes historiques, je n’étais plus cantonnée à l’Histoire ancienne. Il faut aussi souligner ma chance d’avoir eu des professeurs d’Histoire-Géographie absolument fantastiques qui donnent naturellement envie d’approfondir les cours. Ils m’ont énormément inspiré par leur pédagogie et c’est en classe de première que mon souhait de devenir professeure d’Histoire-Géographie s’est établi nettement.


J’ai entamé en terminale une prépa Sciences Po via le Programme d’Études Intégrées dont les cours s’effectuaient directement dans mon lycée dans le but d’entrer dans un des Sciences Po de province à l’issue du lycée. J’étais toujours dans l’optique d’enseigner l’Histoire-Géographie, mais mes professeurs et mon père notamment m’ont poussé à tenter Sciences Po au vu de mes résultats, le nom étant plus prestigieux que la faculté.


Je n’ai pas été prise sur dossier (nous n’avions pas pu passer le concours à cause de la pandémie) et me suis alors orientée vers une classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE) A/L pour intégrer Sciences Po ensuite. Je me suis rendue compte que j’étais en prépa certes pour devenir professeure, mais qu’en poursuivant dans cette voie, je me destinais à devenir professeure d’Histoire agrégée en CPGE par exemple alors qu’enseigner dans le secondaire m’intéresse plus dans la mesure où les élèves en collège/lycée sont plus difficiles à intéresser. C’est précisément cet élément qui constitue un défi très motivant pour moi avec un sentiment d’utilité encore plus marqué, ces élèves étant souvent plus en difficulté que des élèves de CPGE. Cette expérience ne m’a pas plu du tout, le système me paraissait trop élitiste et m’éloignait de mon souhait premier. Attention, il faut garder à l’esprit qu’il s’agit uniquement de mon expérience subjective qui n’est pas révélatrice de ce que l’on vit en CPGE. Si bien que je me suis finalement réorientée vers l’université de Rennes 2 en Licence 1 d’Histoire afin de suivre le cursus ordinaire permettant d’accéder au métier d’enseignant dans le secondaire.



Seulement, en rentrant à l’université, j’ai eu le besoin de confirmer mon envie de devenir professeure d’Histoire-Géographie par une expérience concrète. C’est pourquoi durant mon année de Licence 2, grâce à une amie qui connaissait déjà cette possibilité, j’ai pu me rendre dans un collège où l’un des professeurs d’Histoire-Géographie, Ronan Chérel, nous accueille afin que l’on puisse observer ses cours, aider les élèves et petit à petit mener à bien nous-même un accompagnement éducatif en apprenant à le perfectionner. Le fait est que cette expérience confirme mon projet professionnel et me motive d’autant plus à apprendre auprès d’enseignants et d’élèves pour devenir la meilleure prof possible !





















Comentarios


bottom of page