top of page

Je me présente : Julie.




Je suis étudiante en troisième année d’histoire à Rennes2 , pour un jour, devenir professeur dans le Secondaire. En effet, c’est depuis mes 6/7 ans que ce projet professionnel est ancré dans ma tête sans jamais en sortir. Au cours de mes études, j’ai effectué différents stages dans des collèges en banlieue parisienne, généralement pendant mes vacances scolaires, afin d’assister et de participer aux séances d’enseignements. J’aimerais vous faire part d’une expérience riche, qui m’a construite.


Cela fait 2 ans que je fais du bénévolat au collège Rosa Parks, dans le cadre d’une Validation d’Expérience Étudiante (VEE) conventionnée entre Rennes2 UFR de sciences sociales et le collège. Suite à une annonce dans un amphithéâtre de mon université par un professeur pour venir en aide aux élèves du collège, j’ai immédiatement été curieuse et motivée de ce que cette expérience allait m’apporter. Je suis très vite entré en contact avec un professeur d’histoire-géographie du collège : Ronan Chérel.


J’ai été accueillie par Ronan et par de nombreux élèves de différents niveaux : les collégiens sont vraiment en demande d’aide et d’accompagnement personnalisé. Au cours des séances qui ont suivi, Ronan a su très vite analyser mon caractère et mon fonctionnement afin de me permettre de mieux répondre aux intérêts de ses élèves. En effet, il m’a permis de participer aux séances comme je ne l’avais jamais fait par ailleurs en stage, en me laissant une grande liberté quant aux choix pédagogiques que je testais, lorsque j’étais dans une relation d’aide individuelle avec un élève.


Pendant ces deux ans, à raison d’une fois par semaine au collège, j’ai pu analyser les différents comportements des élèves, mettre en place des ateliers en petit groupe et en faisant attention aux besoins individuels (he oui, c’est toi dont je parle “Champion”). Travailler auprès des élèves m’a permis d’établir un lien avec eux, de répondre à leurs multiples questions en les aiguillant au mieux dans leurs apprentissages à travers différentes méthodes dont j’ai fait l’expérience. Ce qui m’a le plus surpris et finalement impressionné, ce sont les moments hors classe, dans la cour du collège ou les couloirs, ces temps que je qualifie d’informels particulièrement formateurs : faire se rassembler les élèves dans une cour avant la montée en classe, tester la manière de lancer un début de séance avec les élèves : faire un « bonjour » collégial ? Tous debout ? Silence attendu ?


Finalement, ces moments d’apparence simple s’avèrent, en pratique, moins évidents tant qu’on n’a pas trouvé, pour la première fois, le bon ton, la bonne posture. Tout cela n’est pas inné et se poser ces questions est super constructif et cela mérite réflexion pour la suite. Outre ces petits moments de surprise, je me suis également rendu compte en journée complète de la répétition et du travail routinier d’une journée scolaire, mais également de la fatigue accumulée qui constitue une réalité du terrain dont il faut avoir conscience. Cette expérience a été très enrichissante en plus de me permettre de rester concentrée sur mes études, car je peux toucher du bout du doigt ce qui, je l’espère, deviendra mon quotidien dans 2 ans.


Ce projet m’a permis d’en apprendre davantage sur moi-même, comprendre quels étaient mes points forts et mes défauts, mais surtout de prendre un maximum de plaisir, ce que je recommande à tous ceux qui souhaitent se lancer dans le professorat ! Je remercie donc tous les élèves qui ont su accepter mon aide et ma présence dans leur salle de classe, dans leur collège, mais surtout un grand merci à Ronan qui a su m’accompagner et croire en mon potentiel, merci futur collègue ;)


Julie LERAY



コメント


bottom of page